Date: 01 Janvier 1822

La Mère Parent, infirme, ne peut plus tenir école. Elle se loge « très à l’étroit, pour se mettre à même de retirer un loyer de son habitation… Le Sieur Dupuis, peintre, a été son locataire et peu de temps après son épouse a tenu des propos injurieux contre la dame Parent qui, les ayant fait citer à la Police, les a fait condamner le 15 novembre à une amende et leur a donné congé. Pour se venger, le Sieur Dupuis a dénoncé à la Direction Générale des Domaines la Dame Parent pour occuper « induement » sa maison. Mais sa démarche échoue, « la maison des Ursulines étant dans les attributions du Ministère de l’Intérieur qui a bien voulu ménager cette ressource à Madame Parent, cette affaire doit être regardée comme un acte d’humanité » (lettre du 28 janvier 1823 signé Abraham, Vérificateur du Domaine).

« La Mère Parent peut achever ses jours près de son monastère. Dernière survivante, peut-être, des Ursulines de Saint-Denis, elle a su, même octogénaire, être fidèle à son quatrième Vœu, celui d’instruire les petites filles » (AM).